La console qui servira de base est un Johannus Opus 6.

C’est un instrument analogique de 1978, la génération du son est faite par deux top octave generator (S50240) divisés par des SN74393 pour les octaves inférieures, s’en suit de la mise en forme et du filtrage pour les différents jeux.
C’est bien construit.

Celui sur lequel j’ai mis la main n’est que partiellement fonctionnel, certaines notes ne fonctionnent pas, certains jeux non plus, on entend du 50 hertz dans les haut-parleurs, etc …  ça a mal vieilli.
Les dominos d’appels de jeux s’actionnent mal
Par contre, le meuble est en bon état, ainsi que les claviers et le pédalier.

Je décide d’accorder un peu de temps à étudier une éventuelle remise en état, si les principaux arrivent à fonctionner je suis tout à fait prêt à m’en contenter et arrêter là.
L’avantage avec l’analogique, c’est que ça ce dépanne avec un multimètre et un oscillo, c’est vraiment pas compliqué à partir du moment on on dispose des schémas.
Les gens de chez Johannus m’ont très aimablement fourni la schématique.
J’ai entrepris de remettre en route l’instrument et arrêté assez tôt :
Les cartes électroniques ont étés bricolées « free style » , beaucoup de pistes sont coupées et pas mal de recâblage sauvage.
Je fini tout de même mon diagnostic : les SN7406 sont presque tous claqués, 4 des SN74393 aussi, et un des S50240 est à remplacer, la reverb (numérique, certainement un ajout) ne marche plus, des faux-contact un peu partout.
Si les SN7406 et les SN74939 sont relativement facilement trouvables en équivalent et bon marché ce n’est pas le cas du S50240, ce n’est plus produit du tout, pas d’équivalent il faut tomber sur du new old stock, les prix sont fort variables, entre 80 et 110$ (septembre 2016)…
Fin de l’histoire, je passe au plan B et je décide de MIDIfier la console.

N.

La documentation envoyée par Johannus :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.